Les entreprises européennes ont du mal à adopter les RH numériques

28 octobre 2020

Une nouvelle enquête menée dans 11 pays d’Europe par le prestataire de services de RH et Payroll SD Worx révèle la maturité numérique limitée de nombreux départements RH. Alors que certains pays, comme les Pays-Bas, la Pologne, l’Espagne, l’Irlande et le Royaume-Uni, sont légèrement plus performants, moins de la moitié des 3 000 entreprises interrogées sont satisfaites du niveau d’automatisation de leurs processus RH et payroll et des outils RH numériques. La plupart des PME (< 250 collaborateurs) peuvent encore réaliser de grandes avancées.

37 % des organisations européennes déclarent avoir atteint un niveau élevé de maturité numérique dans les RH, une part similaire rapporte un niveau plutôt modéré et 27 % d’entre elles ont besoin de toute urgence d’accélérer les choses dans ce domaine.

La révolution numérique a permis aux RH de jouir d’une valeur plus stratégique, à mesure que les tâches administratives et de routine disparaissent, grâce à l’automatisation. Mais tous les entrepreneurs et professionnels des RH n’y ont pas encore adhéré. Une enquête en ligne menée en juin 2020 pour le compte de SD Worx montre qu’il existe des différences significatives entre les pays et entre les petites et grandes organisations.

Trouver les leaders du numérique

Interrogées sur leur niveau d’automatisation, les entreprises polonaises, espagnoles, néerlandaises, irlandaises et italiennes semblent avoir atteint la maturité numérique la plus élevée dans les domaines suivants :

  • Processus et systèmes de RH et payroll
  • Rapports et analyses des RH
  • Outils RH numériques

Le Royaume-Uni se trouve juste derrière l’Italie pour entrer dans le top 5, mais les entreprises britanniques sont largement plus satisfaites de leurs efforts de numérisation que leurs homologues italiens. Il convient de noter que, même si ces pays ouvrent la voie dans le domaine des RH numériques, le nombre d’organisations (quelque peu voire fortement) insatisfaisantes est encore assez élevé : il se situe entre 30 % et 50 %. En France, pays le plus en retard dans l’automatisation des RH, ce nombre atteint même 66 %.

digital-hr-graph

Les PME peuvent acquérir un avantage concurrentiel

Les entreprises les plus avancées sur le plan numérique en matière de RH sont des organisations de plus de 250 collaborateurs. Par exemple, près de la moitié de ces entreprises attribuent un score élevé ou très élevé à leur niveau d’automatisation pour les processus et systèmes de RH et payroll, alors que seulement 30 % des entreprises de moins de 100 collaborateurs osent viser si haut. En outre, la majorité des PME étant modérément, voire très insatisfaites de leur maturité numérique sur le plan des RH, il est évident que bon nombre d’entre elles ont encore beaucoup d’efforts à déployer. Investir dans les RH numériques peut représenter un moyen efficace pour les PME d’acquérir un avantage concurrentiel dans l’attraction et la rétention des talents et peut conduire à des économies à long terme.

Processus et systèmes de RH et payroll :

Grandes entreprises avec des niveaux d’automatisation (très) élevés : 48,8 %

PME avec des niveaux d’automatisation (très) élevés : 30,4 %

Le numérique n’est pas une priorité

Au cours des premiers mois de la pandémie de coronavirus, l’automatisation des processus de RH et la transformation numérique n’ont pas été considérées comme des questions très urgentes. Sur une liste de 19 priorités possibles en matière de RH, ces objectifs se sont classés respectivement à la 15e et à la 16e place. En outre, seuls 20 % des entreprises européennes estiment qu’il est très important d’automatiser les RH ou d’assurer leur transformation numérique à l’avenir. Les entreprises belges et françaises se tournent notamment vers d’autres stratégies pour prospérer.

Pour dresser un tableau plus nuancé, la majorité des organisations interrogées ont mis en place des projets ou prévoient de lancer des projets dans les 12 prochains mois en vue d’aborder l’automatisation des processus de RH (51,2 %) ou la transformation numérique (51,7 %). Néanmoins, il semble qu’une certaine optimisation soit nécessaire.

« En raison des contraintes budgétaires, l’automatisation et la numérisation des RH ne sont pas des priorités pour la plupart des entreprises en période de COVID-19. Pourtant, du point de vue des RH, elles le sont. La maturité numérique avancée permet de se concentrer sur des tâches stratégiques et d’augmenter la valeur d’une équipe de RH en tant que partenaire commercial », explique Ferdi Claes, MD HR Europe chez Computer Task Group.

Divers exercices d’équilibriste

L’un des principaux défis pour les entrepreneurs et les professionnels des RH sera de mettre en œuvre des outils stables et conviviaux, ainsi que des solutions numériques sur mesure pour affiner leurs propres méthodes de travail. Cet objectif n’est toutefois pas le seul défi auquel les entreprises sont confrontées. Il convient par exemple d’assurer des exercices d’équilibriste similaires dans les domaines de la politique de rémunération, de la gestion de la main-d’œuvre, de l’externalisation, du payroll et de l’expérience des collaborateurs.

« Grâce à la technologie, les RH peuvent se consacrer à des sujets plus importants, ce qui rend le domaine plus passionnant, plus exigeant, mais peut-être plus compétitif également. Nous ne pouvons ignorer l’importance de la numérisation, car elle nous affecte de nombreuses manières. Elle contribue à augmenter la productivité, à garder une vue d’ensemble de l’entreprise et à assurer l'amélioration permanente de l'efficacité du travail. Grâce à la numérisation, il est possible de connecter des données entre elles, afin, notamment, de réaliser des analyses prédictives. La fonction RH en devient ainsi d’autant plus stratégique », commente Matthieu Couppey, SD Worx.

Les défis auxquels les RH font actuellement face et qui nécessitent à la fois de la stabilité et de la fluidité, sont abordés dans l’e-book de SD Worx intitulé « The Future of Work and People in Europe – HR, Fluid