Quatre entreprises sur dix en Europe n’ont pas de politique de recrutement activement neutre

Les entreprises européennes s'acheminent vers une meilleure politique en matière de diversité, mais elles peuvent faire encore mieux

19 mai 2022

Le 21 mai, c’est la Journée internationale de la diversité culturelle, mais qu’en est-il de l’attention portée à la diversité sur le lieu de travail ? Aujourd’hui, six entreprises européennes sur dix s’engagent à mener une politique de recrutement activement neutre. Elles s’engagent à recruter dans un souci d’égalité, de diversité et d’inclusivité. C’est ce qui ressort d’une étude représentative menée auprès de 4.371 entreprises de toute taille, actives dans différents secteurs par le leader européen du marché des RH et du payroll SD Worx. En ce qui concerne les systèmes permettant de suivre et de rapporter les objectifs en matière de diversité, il reste toutefois encore du chemin à parcourir. Pourtant, les travailleurs de moins de 30 ans, nouveaux entrants sur le marché de l’emploi, y attachent beaucoup d’importance.

Engagement européen pour l’égalité

Parmi les entreprises interrogées, 61 % déclarent s’engager dans une politique de recrutement neutre, l’Irlande (74 %), le Royaume-Uni (68 %) et la Belgique (69 %) occupant le top trois européen. Sur le plan de l’égalité des salaires et des conditions de travail, indépendamment du genre, de l’âge ou de la religion d’un individu, les entreprises irlandaises (73 %), belges (72 %), anglaises (67 %) et espagnoles (65 %) affirment faire preuve d’un engagement fort. Ensuite, environ 60 %  des entreprises déclarent investir dans l’égalité d’accès aux formations et aux possibilités de développement au sein de l’entreprise. L’Irlande arrive en tête avec 72 %, suivie par la Belgique (71 %) et la Pologne (69 %). 

La question est aussi de connaître le degré de visibilité que les entreprises accordent à leurs objectifs et leurs actions. Un peu plus de la moitié des entreprises déclarent organiser des événements et des communications sur la diversité, l’égalité et l’inclusivité. Parmi les entreprises européennes interrogées, 60 % déclarent accorder beaucoup d’attention à la promotion d’une culture de travail égalitaire et inclusive de façon à encourager la diversité. Une communication active à ce sujet est mise en place, principalement par le biais d’offres d’emploi (53 %) et sur le propre site web de l’entreprise (51 %). Près de la moitié des entreprises mentionnent également le sujet dans leur mission statement et leurs valeurs d’entreprise (51 %).

Reporting et formations

Pour poursuivre sur cette voie, les entreprises impliquent aussi activement leurs managers dans leur politique en matière de diversité, d’égalité et d’inclusivité. Un peu plus de la moitié des entreprises interrogées prévoiraient des formations internes à ce sujet. La Pologne (62 %), l’Irlande (61 %) et le Royaume-Uni (60 %) se distinguent particulièrement en dépassant la moyenne européenne de 53 %. La Belgique est très en deçà sur ce point, avec seulement 36 %.

Malgré tout l’engagement des dirigeants, il manque encore quelques actions clairement définies sur le plan du suivi systématique, comme un système de reporting clair. Cela vaut par exemple pour l’évaluation de l’engagement des managers en vue d’atteindre les objectifs fixés en matière de diversité. Seule la moitié des entreprises européennes mettent en place une telle évaluation. La Belgique est particulièrement à la traîne avec seulement 29 %. Pour les autres pays européens, ce chiffre est plus élevé : 60 % pour l’Italie, 57 % pour la Pologne et 58 % pour le Royaume-Uni. Pourtant, les initiatives en matière de diversité, d’égalité et d’inclusivité n’ont d’effet qu’à condition que l’on essaye de les déployer correctement et que les entreprises investissent aussi activement dans un système de reporting, afin qu’elles puissent ensuite suivre la situation de près. 

Au total, moins de la moitié des entreprises affirment tenir activement à jour un plan dans lequel les objectifs de diversité sont définis et actualisés. Cela se ressent principalement dans les grandes entreprises (et les entreprises internationales) de plus de 250 travailleurs. À partir de 2024, une nouvelle législation européenne, qui est en cours d’élaboration, obligera les entreprises de plus de 250 travailleurs à maintenir activement ces objectifs de diversité.

Jurgen De Jonghe, Portfolio Manager SD Worx Insights, ajoute : « Il est important que les entreprises investissent dans un système de reporting actif concernant leurs actions en matière de diversité, d’égalité et d’inclusivité. D’une part, ces données offrent un point de repère solide pour optimiser la politique de diversité par le biais d’actions concrètes et dirigées consciemment. D’autre part, un tel système fournit également des preuves concrètes de façon à savoir si les entreprises tiennent effectivement leur parole et ne font pas de fausses promesses à l’égard des (futurs) collaborateurs. »

Influence positive sur le pouvoir d’attraction et la rétention des collaborateurs

Il est frappant de constater que les entreprises qui accordent consciemment une attention aux thèmes de la diversité, de l’égalité et de l’inclusivité ont nettement plus de facilités à attirer, motiver et conserver les travailleurs. Il ressort de l’enquête que ces entreprises notent également un degré de productivité et de rentabilité supérieur.

« On observe surtout une tendance à la hausse chez la jeune génération de collaborateurs en ce qui concerne la prise en compte de la diversité, de l’égalité et de l’inclusivité sur le lieu de travail. La génération Z et les plus jeunes grandissent dans un environnement marqué par le sentiment d’inclusivité et de neutralité de genre, ce qui était clairement moins le cas auparavant. Et cela aura une influence sur l’avenir et la manière dont les entreprises recruteront du nouveau personnel », explique Anne-Lise Demortier, Business Partner – Payroll & HR solutions chez SD Worx. « Non seulement un beau salaire et un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée sont indispensables, mais la mesure dans laquelle les entreprises se positionnent, tout comme leurs actions face aux tendances actuelles, devient presque un facteur déterminant pour les travailleurs. »

À propos de l’enquête

Dans le cadre de la guerre pour le talent, iVox a mené une enquête pour le compte de SD Worx sur la manière dont les travailleurs européens approchent la diversité, l’égalité et l’inclusivité. L’enquête se concentre sur l’attractivité de l’employeur dans la guerre pour le talent, où l’on a examiné ce que les collaborateurs recherchent chez un employeur et ce sur quoi les employeurs se concentrent pour être/devenir un employeur attrayant. L’étude aborde 7 pièces du puzzle avec lesquelles les employeurs peuvent se mettre à l’œuvre : bien-être et RH axées sur l’humain, organisation du travail flexible, politique salariale motivante, culture inspirante et stimulante, poste de travail numérique, gestion des talents dans des carrières et un recrutement durables.

L’enquête a été menée en février et en mars 2022 en Belgique, en Allemagne, en France, en Finlande, en Italie, aux Pays-Bas, en Norvège, en Autriche, en Suisse, en Irlande, en Pologne, en Espagne, au Royaume-Uni et en Suède. Un total de 4.371 entreprises ont été interrogées. L’échantillon est représentatif des marchés de l’emploi spécifiques locaux et présente la même composition selon la taille de l’organisation des entreprises au sein des pays concernés.