Un travailleur sur dix recherche activement un autre emploi

La moitié des travailleurs est ouverte à un autre employeur

17 février 2022

Un collègue sur dix indique être actuellement activement à la recherche d’un autre emploi. La pénurie sur le marché du travail semble inciter les travailleurs à regarder au-delà de l'enceinte de leur entreprise. Une enquête menée par le spécialiste européen des RH et du payroll SD Worx révèle que la moitié des collaborateurs interrogés sont ouverts à un emploi chez un autre employeur. Vingt-neuf pour cent d'entre eux envisagent clairement cette possibilité à plus long terme et vingt pour cent souhaitent l’essayer temporairement, par exemple via un échange de collaborateurs entre entreprises. Si elles souhaitent garder leurs collaborateurs à bord, les entreprises doivent faire un effort sur le plan de la politique salariale et de l’ambiance de travail. Ces facteurs pèsent en effet le plus dans la recherche d’un nouvel employeur.

Dans « A Worker's Journey », SD Worx a examiné la situation de travail d’environ 5.000 travailleurs dans les pays européens suivants : Belgique, Allemagne, France, Pays-Bas et Royaume-Uni. L’incertitude liée à la crise du coronavirus n’empêche pas les travailleurs de rechercher des opportunités dans d’autres entreprises. Près de trois travailleurs sur dix sont ouverts à un autre emploi chez un autre employeur. En outre, plus d’un travailleur sur cinq souhaite découvrir temporairement le contenu d'une autre fonction auprès d'un nouvel employeur. Ils veulent par exemple essayer quelque chose de nouveau dans le cadre d’un échange avec une autre entreprise. Cela signifie qu’au total, près de la moitié des travailleurs sont ouverts à l'idée de changer d’employeur.

Une personne sur quatre recherche autre chose

Cela ne veut pas dire pour autant qu’ils recherchent tous activement un autre employeur. Plus d’un travailleur sur quatre suit les offres d’emploi. Près de seize pour cent le font passivement et analysent sporadiquement le marché de l’emploi sans vraiment aller plus loin et plus d’une personne sur dix recherche activement un autre poste. Ce sont surtout les jeunes qui suivent le marché de l’emploi de manière ciblée : 24 % des 18-24 ans et 16 % des 25-34 ans postulent actuellement. À partir de 35 ans, ce pourcentage passe de plus en plus sous la moyenne de 10 % et moins. 

Avec 29 %, les travailleurs français et allemands sont ceux qui recherchent le plus (activement et passivement) un autre emploi. En Belgique, ils sont 26 %, contre 25 % au Royaume-Uni. Aux Pays-Bas, 22 % des travailleurs sont concernés.

Le package salarial reste la priorité numéro 1

Aujourd’hui, les entreprises doivent faire preuve d’une grande vigilance et accorder une attention particulière à leurs travailleurs. SD Worx a sondé les principales raisons pour lesquelles les travailleurs envisageraient une transition. Un travailleur sur cinq considère le salaire et les avantages extralégaux comme le facteur le plus important pour changer d’employeur. 

L’ambiance de travail arrive en deuxième position : 16 % considèrent qu'il s'agit de la principale raison de changer de travail. Le contenu de la fonction arrive à la troisième place (13 %), la sécurité de l’emploi (7 %), les régimes de travail flexibles (6 %) et les possibilités de croissance (6 %) sont les autres raisons que les travailleurs avancent le plus souvent comme argument déterminant pour changer d’employeur. 

« La pénurie sur le marché du travail se fait clairement sentir », explique Anne-Lise Demortier, Business Partner - Payroll & HR Solutions chez SD Worx. « Les entreprises ont du mal à trouver les bons profils, l’économie tourne à plein régime et il y a donc beaucoup de postes vacants. Les travailleurs sont conscients des opportunités qui se présentent, il vaut donc mieux que les employeurs investissent plus de temps et d’énergie dans leur image de marque. Imposer de bonnes bases, appliquer un payroll fluide et une politique salariale motivante, créer une ambiance de travail agréable et s'assurer que la bonne personne correspond au contenu de la fonction sont les aspects qui sont manifestement les plus importants », explique Anne-Lise Demortier.

Bien qu’environ un quart des travailleurs surveillent de près les opportunités qui se présentent sur le plan professionnel, seul un travailleur sur trois trouve relativement évident de réellement franchir le pas. Sur ce point, les réponses varient énormément d'un pays à l'autre. Les Néerlandais semblent avoir le marché de l'emploi où il est le plus facile de changer d’employeur. Près de la moitié (49 %) pensent qu’une transition est facile. En Allemagne, il s’agit de 35 %. En Belgique (29 %), au Royaume-Uni (27 %) et en France (21 %), ces chiffres sont inférieurs à la moyenne.

À propos de l’enquête

Pour mieux comprendre l’ensemble du trajet et de l’expérience professionnelle du travailleur au niveau européen, le spécialiste des RH et du payroll SD Worx a commandé une enquête. Celle-ci comprenait les informations fournies par les travailleurs réguliers, les indépendants, le personnel détaché et les travailleurs temporaires. L’enquête a été menée auprès de 5.000 employeurs issus de cinq pays et couvrait l’ensemble du processus d'embauche tel que vu par les travailleurs. Cela inclut l’attraction de nouveaux travailleurs, l'embauche, l'onboarding, l’exécution du travail, le développement et l’avancement de carrière, la rémunération et l'offboarding. L’enquête date d’avril 2021 et s'est déroulée dans les pays suivants : Belgique, Allemagne, France, Pays-Bas et Royaume-Uni. L’étude a rassemblé des entreprises de toutes tailles, dans différents secteurs.