L'impact de l'Intelligence artificielle sur les RH

19 décembre 2017

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

En Europe, six professionnels des RH sur dix considèrent l'avènement de l'intelligence artificielle (IA) comme une menace pour l'emploi.

                                                          

  • La moitié des professionnels RH en Europe (50,4 %) estiment que l'IA stimulera la création d'emplois.
  • Plus de la moitié des professionnels RH en Europe (56,6 %) craignent que l'émergence de l'IA ne débouche sur des pertes d'emplois au sein même de leur service.
  • Néanmoins, six professionnels sur dix pensent que l'IA contribuera à donner un rôle plus stratégique aux RH.
  • Télécharger le document et la représentation infographique comprenant les résultats ici.

 

Luxembourg, le 12 décembre 2017 – En Europe, six professionnels des RH sur dix pensent que l'avènement de l'intelligence artificielle (IA) entraînera des pertes d'emplois dans leur secteur d'ici à 2025. La moitié d'entre eux estiment néanmoins que l'IA pourrait aussi créer de nouveaux emplois. En outre, selon les professionnels des RH en Europe, l'IA pourrait accroître l'influence des RH sur les activités de l'entreprise. Ces résultats proviennent d'une enquête menée auprès d'un millier de professionnels des RH en Belgique, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Cette enquête a été réalisée par iVOX pour le compte du prestataire de services RH SD Worx.

Les entreprises investissent des sommes considérables dans la transformation numérique et ont de plus en plus souvent recours à des procédés commandés par ordinateur dans leurs divers services. Elles investissent également toujours plus dans l'intelligence artificielle. Grâce à l'IA, la technologie prend des décisions de manière autonome (dans certains cas), éliminant ainsi la nécessité d'une intervention humaine. Les professionnels des RH qui font appel à l'IA l'utilisent principalement pour examiner les CV, envoyer automatiquement des messages à des groupes cibles définis par l'intermédiaire des réseaux sociaux et notamment dans le cadre de la formation et du développement du personnel.

L'IA entraînera à la fois la création et la suppression d'emplois

Les professionnels RH européens sont divisés sur la question des perspectives d'emploi offertes par l'intelligence artificielle dans leur secteur d'ici à 2025. La moitié des professionnels interrogés estiment que l'IA stimulera la création d'emplois dans leur secteur – un avis que seul un professionnel sur trois (32,1 %) ne partage pas. Néanmoins, 59,5 % d'entre eux soutiennent également que l'IA entraînera des pertes d'emplois d'ici à 2025[1].

 

 

L'IA mènera à la création d'emplois d'ici à 2025

L'IA entraînera des pertes d'emplois d'ici à 2025

L'IA n'aura aucun impact

32,1%

22,5%

Avis neutre

13,8%

14,2%

L'IA aura un impact

50,4%

59,5%

Sans avis

4,3%

3,7%

 

Tableau 1 : impact de l'IA sur la création et la suppression d'emplois d'ici à 2025 selon les professionnels des RH en Europe

 

Sentiments mitigés au sein même du service du personnel

Les professionnels RH européens estiment que l'impact de l'IA pèsera également sur leur propre service du personnel. Leurs avis divergent sur la question de la création d'emplois : quatre professionnels sur dix (40,4 %) estiment que de nouveaux emplois seront créés, tandis qu'un pourcentage équivalent (41,2 %) ne partage pas cet avis. Comme indiqué précédemment, la plupart des professionnels des RH en Europe (56,6 %) pensent que l'émergence de l'IA se traduira également par des pertes d'emplois au sein même de leur service du personnel[2].


 

 

 

L'IA mènera à la création d'emplois d'ici à 2025

L'IA entraînera des pertes d'emplois d'ici à 2025

L'IA n'aura aucun impact

41,2%

23,3%

Avis neutre

15,2%

16,9%

L'IA aura un impact

40,5%

56,6%

Sans avis

3,9%

5,6%

 

Tableau 2 : impact de l'IA sur la création et la suppression d'emplois d'ici à 2025 au sein même des services du personnel selon les professionnels des RH en Europe

L'IA pourrait néanmoins conférer un rôle plus important aux RH

Bien qu'ils estiment que l'IA portera préjudice à l'emploi au sein des RH, 60,2 % des professionnels RH en Europe voient dans l'IA une chance d'accroître l'influence du service du personnel sur les activités de leur entreprise. Cela dit, plus de quatre professionnels sur dix (43,3 %) considèrent également l'IA comme une menace susceptible de compromettre cette influence[3].

Les professionnels RH européens sont divisés sur la question de l'impact de l'IA sur le rôle du service du personnel au sein de leur organisation. 35 % d'entre eux estiment qu'elle contribuera à élargir le rôle des RH, 44,3 % pensent qu'elle l'affaiblira et 20,6 % considèrent qu'elle n'aura aucun impact sur l'importance des RH au sein de l'entreprise.

L'IA n'aura pas seulement une incidence sur la création et la suppression d'emplois

Les professionnels RH européens sont convaincus que l'IA touchera tous les processus RH. Dans le cadre de l'enquête, ils ont affirmé que l'IA affectera principalement la gestion des heures et de l'assiduité, l'embauche et la sélection, la formation et le développement, ainsi que la gestion des performances.

Enfin, les professionnels RH européens ont déclaré que l'IA les amènera à recruter les collaborateurs sur la base d'autres compétences. Parmi les compétences qui gagneront en importance figurent notamment l'aptitude à résoudre des problèmes complexes, le goût prononcé pour le service, la flexibilité et la gestion des personnes.

« Il n'est guère surprenant que les professionnels des RH ne sachent pas encore clairement comment l'intelligence artificielle affectera les RH en matière de perte ou de création d'emplois, ou comment elle transformera notre activité, explique Sébastien Genesca, Managing Director chez SD Worx Luxembourg. On retrouve ces mêmes incertitudes dans les enquêtes précédentes portant sur la numérisation et son futur impact. Les ordinateurs ne remplaceront pas chaque collaborateur sur le lieu de travail de sitôt, et le facteur humain conservera un rôle crucial au sein des RH. En revanche, il ne fait aucun doute que l'IA offre d'immenses possibilités aux directeurs RH pour adopter une démarche plus stratégique que jamais. Nous le constatons déjà auprès de nos clients, qui définissent ou passent en revue leurs politiques RH en s'appuyant sur l'analyse prédictive. »

Plus d'information

Pieter Goetgebuer, Press Officer chez SD Worx
T +32 (0)3 201 76 68 / M +32 (0)497 45 36 73
Envoyer un e-mail à l'adresse : pieter.goetgebuer@sdworx.com

À propos de SD Worx

Leader européen en matière de payroll et RH, SD Worx propose des services dans le monde entier dans le domaine du payroll, des RH, du support juridique, de la formation, de l'automatisation, de la consultance et de l'externalisation. Aujourd'hui, plus de 63.000 petites et grandes organisations du monde entier font confiance à SD Worx, qui cumule plus de 70 années d'expérience.

 

Les 3.900 collaborateurs de SD Worx opèrent dans dix pays : la Belgique (où l'entreprise a son siège), l'Allemagne, la France, l'Irlande, le Luxembourg, Maurice, les Pays-Bas, l'Autriche, le Royaume-Uni et la Suisse. SD Worx calcule les salaires d'environ 4,25 millions de collaborateurs et a enregistré un chiffre d'affaires de 397 millions d'euros en 2016. SD Worx est cofondateur de la Payroll Services Alliance, un réseau stratégique mondial de grands prestataires de services de payroll dont les membres traitent un total de 32 millions de calculs de salaire.

 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.sdworx.lu



[1] L'enquête comportait deux questions distinctes. Dans la première question, on demandait si l'IA permettrait de créer de nouveaux emplois au sein des RH. Dans la seconde, on demandait si l'IA risquait de provoquer des pertes d'emplois dans les services RH. Par conséquent, le total n'atteint pas nécessairement 100 %.

[2] L'enquête comportait deux questions distinctes. Dans la première question, on demandait si l'IA permettrait de créer de nouveaux emplois au sein des RH. Dans la seconde, on demandait si l'IA risquait de provoquer des pertes d'emplois dans les services RH. Par conséquent, le total n'atteint pas nécessairement 100 %.

[3] L'enquête comportait deux questions distinctes. Par conséquent, le total n'atteint pas nécessairement 100 %.